membres INPACT | Mardi 12.12.2017 | 07:20

Liste des articles [lecture seule]

Le journal en ligne de l'INPACT


Articles actuellement diffusés

Image introuvable

w.Marc

Information

Seconde fete régionale aujourd'hui dimanche !

Réagir à cet article | remonter

2ème Fête Régionale des Arts Energétiques et Martiaux Chinois
20 Juin 2010 - Ernolsheim / Bruche
FFWushu


NOTA : Le programme est susceptible de modifications de dernière minute... vérifiez l'affichage à l'entrée de la salle !

MATIN

10h00 | Accueil - Aménagement de la salle et des stands - Présentations
10h30 - 11h00 | Mise en route collective : exercices d’éveil proposés par les enseignants (changement toutes les 2 minutes)
11h00 - 11h30 | Jeu d’échange des corps qui s’attirent et se repoussent
11h30 - 11h50 | Kaleidoscope de toutes les disciplines présentes
12h00-14h00 | Déjeuner : petits plats chinois - Échanges

APRÈS - MIDI

14h00 - 14h20 | Découverte des stands
14h20 - 14h40 | Danse du Lion - Taiji Quan – Pakua – Kung Fu – Démos champions de France

Ateliers de découverte et d’initiation

14h40 - 15h00 | Découverte du Taiji Quan - Découverte de l’Éventail - Kung Fu : Boxe du Serpent
15h00 - 15h20 | Découverte du Pakua - Initiation au Tui Shou - Qi Gong
15h30 - 16h00 | Spectacle - Démos : Éventail – 4 Animaux – Kung Fu – Taiji Quan

Ateliers de découverte et d’initiation

16h20 - 16h40 | Découverte du Taiji Quan - Découverte de l’Éventail - Découverte de la Mante Religieuse
16h40 - 17h00 | Qi Gong - Techniques de jambes du Kung Fu (Long Xin Wushu) - Initiation au Tui Shou

17h00 - 17h20 | Démonstrations : Animaux du Kung Fu - 4 Armes - Boxes anciennes

17h30 | CLÔTURE

Écrit par w.Marc Le 17.06.2010 à 21:25'23
Modifié par w.Marc Le 20.06.2010 à 20:23'46

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

Dialogue entre deux « nouvel an »

Réagir à cet article | remonter

Entre l’ancienne et la nouvelle année s’ouvre un espace propice à la réflexion. Par son amplitude, l’espace-temps entre notre nouvel an occidental et le nouvel an chinois nous permet d’appréhender l’écart ténu et pourtant culturellement distinct entre les pensées occidentales et orientales. L’un se situe dans les choses manifestées, l’autre dans leur devenir non encore manifesté, à l’instar de la sève qui monte, invisible, pour préparer l’éclosion du printemps. Cette année, six semaines séparent deux cultures…

L’une annonce l’hiver pendant que l’autre se situe en son cœur. Alors que l’une se trouve dans les frimas hivernaux, l’autre, pressent déjà le printemps dans la sève qui gorge les bourgeons. Dichotomie entre deux états, l’un, manifesté et l’autre, non encore manifesté : ouverture, fermeture….

« Ouverture » et « fermeture » sont les deux termes qui entourent le déroulement de la forme, avec comme appui immuable l’enchaînement des mouvements la composant et qui ne concerne que nous-même, en notre intimité.

La forme, c’est l’année qui se déroule, constante dans le rythme des journées et des nuits qui s’égrènent au rythme des saisons. Et pourtant, jamais la même avec ses surprises, bonnes et mauvaises. Parfois la vie nous met à dure épreuve et nous renvoie au plus profond de nous-même. Chacun s’y adapte à sa façon et parfois fléchit le genou et même l’échine.

Maître Wang Yen-nien disait un jour : « vous pouvez tomber tant que vous avez la force de vous relever ! » A la veille de nous quitter, il avait cette force de dire : « ne vous en faites pas, je vais bien : la vie se déroule comme les vagues du Yang tsé qui se succèdent en se poussant.
Chacun peut se trouver confronté au départ d’un proche. C’est l’opportunité de faire le point sur sa relation avec les autres. Au départ de Sigrid, il m’est apparu avec évidence que de retrouver le groupe pour pratiquer ensemble en toute simplicité, apportait une force insoupçonnée. Grâce au partage, le groupe est bienveillant pour chaque individualité qui le compose et une source d’énergie inépuisable pour chacun.

Le temps est éphémère, mais la pratique est intemporelle car elle nous ramène au temps suspendu. Et c’est en cela que nous pouvons nous retrouver, nous régénérer.

Ainsi, même quand tout va mal, continuez à partager le rendez-vous de la pratique sans faillir, sans état d’âme, sans attente particulière, le cœur ouvert. Vous en serez chaque fois gratifié. Partager la respiration, le geste, l’intelligence de la forme avec le groupe, c’est, chaque fois, comme humer un bol d’air frais : c’est nous donner la possibilité de conforter nos coeurs et de réguler nos émotions.

Nous avons aussi été témoins ou acteurs de naissances, de découvertes multiples, de bonheurs… La vie se déroule dans sa réalité. Pratiquer, c’est aussi dialoguer avec ces événements qui jalonnent nos chemins.

La pratique nous rend acteur de nous-même, c’est ainsi qu’elle nous accompagne. La vie s’en trouve nourrie et fortifiée. La pratique collective c’est l’espace et le temps qui permet de retrouver le silence intérieur pour « faire ensemble », partager la forme, chacun à sa façon dans son propre silence et dans celui du groupe.

Le taiji quan est comme l’apprentissage d’un langage qui permet de dialoguer avec soi -même et avec les autres…

Bonne année 2010
Bonne année du Tigre

Christian Bernapel



Écrit par b.Christian Le 12.01.2010 à 01:43'37
Modifié par b.Christian Le 13.01.2010 à 22:07'07

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

5 étapes pour découvrir le nei gong

Réagir à cet article | remonter

Ca y est , c'est la rentrée!

Alors pourquoi ne pas commencer en harmonie avec soi même et notre environnement.
Quelques instants, réservés à soi même le matin avant de s'activer ou le soir avant de s'apaiser avec l'aide de la respiration, de l'intention et le guide des sensations.

C'est cela le nei gong!

Voici 5 pas pour découvrir cette pratique en toute simplicité dont les mots clé sont:

confort, douceur, attention, sensation



1- Préparation :

- prise de conscience sensitive du corps en redressement et relâchement.

- mobilisation douce du bassin et de la ceinture scapulaire

- auto-massages et effleurements.

2- Identification :

- 2 méridiens: gouverneur et conception

- 2 zones de liaison: a la fois énergétiques et physiques :

* la langue et le palais, dissociés et unis par
le mouvement souple de la langue
* le périnée, le plancher pelvien, les muscles pubococcygiens.

3- Exploration :

- de la bouche et du palais avec la langue: porter l'attention sur anatomie des palais dur (osseux, figé) et mou(mobile)et sur les sensations, sur la façon dont peut bouger la langue. Recherche de la zone ou « ça passe » avec la pointe de la langue.
Attention…
- du périnée et des muscles internes du petit bassin et des pubo coccygiens par contractions rythmiques et isométriques , légères et accentuées, superficielles et profondes.

Sensation…

4- Respiration:

- Inspire par le nez avec le palais mou qui se gonfle comme une voile et les sinus qui s'ouvrent comme pour humer un parfum.
- Expire par la bouche avec relâchement de la glotte et de la gorge:
utilisation du son "a" qui s’amplifie et s'éteint progressivement .


5- Pratique intuitive :

- S’asseoir confortablement dans le silence, le rythme de la respiration et la noblesse de la posture avec la connaissance, l’attention et les sensations qui vous sont propres.


- Satisfaction heureuse au terme choisi




Écrit par b.Christian Le 08.09.2009 à 01:52'18

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

5 étapes pour découvrir le nei gong

Réagir à cet article | remonter

Ca y est , c'est la rentrée!

Alors pourquoi ne pas commencer en harmonie avec soi même et notre environnement.
Quelques instants, réservés à soi même le matin avant de s'activer ou le soir avant de s'apaiser avec l'aide de la respiration, de l'intention et le guide des sensations.

C'est cela le nei gong!

Voici 5 pas pour découvrir cette pratique en toute simplicité dont les mots clé sont:

confort, douceur, attention, sensation



1- Préparation :

- prise de conscience sensitive du corps en redressement et relâchement.

- mobilisation douce du bassin et de la ceinture scapulaire

- auto-massages et effleurements.

2- Identification :

- 2 méridiens: gouverneur et conception

- 2 zones de liaison: a la fois énergétiques et physiques :

* la langue et le palais, dissociés et unis par
le mouvement souple de la langue
* le périnée, le plancher pelvien, les muscles pubococcygiens.

3- Exploration :

- de la bouche et du palais avec la langue: porter l'attention sur anatomie des palais dur (osseux, figé) et mou(mobile)et sur les sensations, sur la façon dont peut bouger la langue. Recherche de la zone ou « ça passe » avec la pointe de la langue.
Attention…
- du périnée et des muscles internes du petit bassin et des pubo coccygiens par contractions rythmiques et isométriques , légères et accentuées, superficielles et profondes.
Sensation…

4- Respiration:

- Inspire par le nez avec le palais mou qui se gonfle comme une voile et les sinus qui s'ouvrent comme pour humer un parfum.
- Expire par la bouche avec relâchement de la glotte et de la gorge:
utilisation du son "a" qui s’amplifie et s'éteint progressivement .


5- Pratique intuitive :

S’asseoir confortablement dans le silence, le rythme de la respiration et la noblesse de la posture avec la connaissance, l’attention et les sensations de chacun.

Écrit par b.Christian Le 08.09.2009 à 01:48'34

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

À la veille de l'été...

Réagir à cet article | remonter

C’est la veille de l’été,
Et pourtant la saison n’est pas close !


Image introuvable


Notre stage de printemps avec Charles Li a été riche en enseignements.

La connaissance inégalée de Charles par rapport aux autres styles de Taiji quan, particulièrement l’école Chen, doublée d’une compréhension naturelle des classiques apporte un éclairage passionnant sur la forme du Yangjia Michuan et les principes qui la sous tendent.

Charles nous ouvre les portes d’une approche des origines du taiji quan quand ces techniques s’appelaient la « longue boxe » (quan chuan).

En dehors de cette riche parenthèse apportée par Charles, ce premier semestre est marqué par un dur labeur : le buffle, dans son année de prédilection, a engagé le labour et le poursuit infatigable tout au long de l’année pour préparer la fertilisation du terrain…

A l’INPACT, l’APOB (Association des Pratiques Orientales de la Bruche) née cette année, l’Université Populaire Européenne, les ateliers mensuels de Tui Shou ouverts à tous les styles, chacun peut faire le bilan de son travail. Les nouveaux, dans leur 1ère année, ont fait un apprentissage de fond remarquable, patient et déterminé. Ils commencent à appréhender la profondeur du travail. Notre démarche est de faire prendre conscience à chacun de ses marges de progrès, de ses points à approfondir et ainsi de lui permettre de concevoir ses propres axes de travail.

Anciens et enseignants ont tous progressé. Ils ont conscience de leurs limites et savent qu’ils ont encore à les « pétrir » avec patience.

C’est la partie la plus difficile que de toucher à son évolution structurelle et mentale, car l’un ne va pas sans l’autre. Les résistances sont difficiles à résoudre quand c’est l’esprit, l’être profond, qui doit évoluer pour devenir le socle de l’intention susceptible de transformer les habitudes et les schémas corporels et mentaux.

La rigidité , la faiblesse, l’orgueil, le jugement, le déni, la nonchalance et la volonté de trop bien faire, le besoin de reconnaissance, le regard des autres et sur les autres, sont autant d’obstacles à sa propre évolution. A l’inverse, la curiosité, l’observation, l’écoute, l’exigence de soi même (pas de l’autre !), la légèreté de l’esprit, la tolérance sont autant de sources de progrès personnel.

Le semestre n’est pas fini et il reste encore beaucoup à faire d’ici le relâchement estival. A l’INPACT, notre assemblée générale ; l’organisation de la première fête régionale initiée dans le cadre de ma fonction de président du comité régional de la fédération à Ernolsheim sur les bords de la Bruche.
Cette fête est l’occasion de réunir dans un même élan tous les arts énergétiques et martiaux d’Alsace au delà des écoles et des styles, de l’interne et de l’externe, des âges, des motivations de pratique. Taiji Quan, Gong Fu et Qi Gong vont cohabiter dans une belle unité pendant toute la journée du 28 juin .
Venez nous y rejoindre dès le matin qui sera consacré aux échanges entre pratiquants, l'après midi étant ouverte au public pour mettre en scène les activités sous forme de démonstrations et d'ateliers de découverte. Et pour reprendre des forces il y aura à manger de petits plats chinois concoctés par Monsieur Lin et déguster les thés fins de Mme Mo.

L’Amicale suit son chemin sous la toute nouvelle présidence énergique et structurante de Claudy Jeanmougin et prépare activement la fête du 20ème anniversaire dans le cadre des Rencontres de l’Amicale à Carcans dans le Bordelais près de l’Atlantique. Elles seront mondiales avec la présence de nos amis taiwannais qui viendront en force, et américains, et …. Ne manquez pas cette occasion rare de rencontre et de partage: le bulletin d’inscription se trouve sur le site de l’Amicale. L’INPACT a la tradition d’y être largement présent.

Le Collège des enseignants du Yangjia Michuan se prépare aussi à célébrer ses 20 ans d’existence et travaille intensément à des démonstrations et ateliers hébergés par les Rencontres.

La fédération, dont je suis vice président pour les arts martiaux chinois internes prépare également (!) ses 20 ans d’existence. La fédération, c’est la protection de nos pratiques et de nos disciplines, l’accès à des formations et à des diplômes reconnus par l’état. Que de structures nées il y a 20 ans, toujours pérennes !

Derrière tous ces groupes et organisations, chacun apporte ce qu’il est : ses richesses, ses attentes, sa présence, son désir d’apprendre, sa soif de partage.
Cela est possible grâce à l’existence de ces organisations qui ont chacun leur importance et leur rôle spécifique permettant l’accès à une pratique sereine pour chacun.

Cette conscience de l’importance du groupe est essentielle à notre pratique et préside aux comportements individuels. Chacun est garant de la sérénité du groupe nécessaire à sa propre progression. Cultiver la relation à l’autre est un apprentissage essentiel, la base du Tui Shou ! Relâcher, écouter, comprendre, accepter, tolérer, être souple, autant de mots courants dans l’apprentissage du Tuishou. Les appliquer dans les relations inter personnelles au sein du groupe entretient l’envie de pratiquer et apprendre ensemble avec plaisir.

Je vous donne rendez vous du 30 juin au 4 juillet pour partager notre pratique, « à la chinoise », au jour naissant et déclinant dans les parcs de Strasbourg. Mais aussi tout l'été, les jeudi à 18h près de la piste de skate de l’Orangerie et à l'APOB, à la campagne, les lundi ou mercredi soir de 19h à 20h30. Et peut être, « en vacances », sur l’Ile d’Aix près de la Rochelle du 22 au 27 août en compagnie de Charles Li et de Pierre Ploix.

Retrouvez toutes les informations dans la rubrique « en pratique » du site.

La rentrée est prévue le mardi 15 septembre.

Et sinon, avec ou sans Taiji Quan profitez bien de l’été.

Christian Bernapel.

Écrit par b.Christian Le 17.06.2009 à 23:22'42
Modifié par b.Christian Le 25.06.2009 à 15:30'15

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

À propos de Zheng-Yi Li - Charles Li

Réagir à cet article | remonter

À propos de Zheng-Yi Li - Charles Li

Image introuvable


J’ai rencontré Charles Li pour la première fois en 1980 à l’occasion du premier festival des arts martiaux organisé par Roland Habersetzer à Strasbourg grâce à Georges Charles et Pierre Portocarero, enseignants passionnés des arts martiaux Chinois et Japonais. Je pratiquais et enseignais alors le Karaté depuis une quinzaine d’années au Centre de Recherche Budo - CRB créé par Roland Habersetzer.

Il [NdW : Charles Li] venait y faire une démonstration de taiji quan du Yangjia Michuan, qu’il avait appris auprès de Maître Wang Yen-Nien à Taïwan. Cela fut l’occasion, pour nous, pratiquants assidus des arts martiaux Japonais de découvrir une nouvelle dimension fascinante des arts martiaux toute en rondeur, subtilité et puissance.

C’était probablement l’une des premières démonstrations publiques de taiji quan en France. L’élégance de la démonstration de Charles a immédiatement fasciné le public et sa gentillesse nous a séduit.

Un an après Charles revenait à Strasbourg pour accompagner Maître Wang pour son premier voyage en Europe en compagnie de Serge Dreyer, son frère de pratique Français.

C’est ainsi que nous avons découvert la pratique du Taiji quan en compagnie de l’un des plus fameux Maîtres contemporains de Taiji quan: Maître Wang Yen-nien qui était au faîte de son art.

Nous avons appris à cette occasion les deux premières séquences de la forme des treize postures qui synthétise l’essence du tai ji quan et les premiers exercices de base du tuishou propres au yangjia michuan. Je peux témoigner de l’immense gratification de ce moment qui nous permit de découvrir un art qui réunit douceur, martialité, spiritualité et poésie à travers une personne exceptionnelle capable de mettre en évidence tous ces aspects avec naturel et simplicité.

Cette rencontre fut un tournant dans ma recherche dans les arts martiaux.
Charles Li habitait Paris pour suivre des études de lettres françaises à la Sorbonne et y enseignait le taiji quan.

Comme nous étions devenus de bons amis, que j’appréciais sa compréhension de l’art du taiji quan et l’enthousiasme heureux qu’il avait d’enseigner, je commençais l’étude de notre école avec lui. Il devint ainsi mon premier Maître et m’initia aux subtilités et à la complexité du yangjia michuan. C’était une période exceptionnelle qui marque encore mon plaisir à enseigner aujourd’hui. La caractéristique de l’enseignement de Charles est, en plus de son talent naturel, une capacité naturelle joyeuse, à la fois légère et détachée d’appréhender sa relation avec les élèves. Il me donna une impulsion suffisamment forte pour que je crée l’INPACT avec une poignée de passionnés en 1983 (une histoire de l’INPACT paraîtra sous peu).

Charles vint à Strasbourg à de nombreuses reprises jusqu’en 1987, date à laquelle il quitta la France pour rejoindre son pays natal Taiwan. Il m'a fallut assumer cette rupture et acquérir la maturité d'enseigner. La profondeur de l’enseignement de Charles, son talent martial et les nombreux stages qui suivirent avec Maître Wang en Europe, aux Etats-unis et à Taïwan permirent d’assurer cette transition. C’est ce qui fait que l’INPACT existe toujours avec autant de vitalité aujourd’hui.

Le temps passant, Charles n’a pu résister à revenir dans le pays de son cœur : la France. Les hasards du destin ont permis ce retour et il est aujourd’hui bien établi à Paris où il dispense une technique étonnante : la « triaxo thérapie » et enseigne le taiji quan du Yangjia michuan avec le même allant qu’il y a 25 ans !
Vous pourrez le retrouver au Jardin du Luxembourg le samedi matin près des cours de Tennis derrière le Sénat.

Nous invitons Charles chaque année à Strasbourg pour notre stage de printemps et reprenons une tradition de la « belle époque» le stage d’été à l’Ile d’Aix, une charmante Ile épargnée par les voitures qui se situe à proximité de la Rochelle en Charentes Maritime.

Pour cette occasion, j’ai voulu faire une rétrospective en images de quelques bons moments éloignés ou plus proches que nous avons partagé avec lui à l’INPACT. Celle-ci paraîtra prochainement sur le site.

Vous souhaitez partager notre stage de printemps et/ou d’été avec Charles, toutes les indications utiles et documents d’inscription dans la rubrique de notre site :
« En pratique - Zoom sur les stages » : www.inpact-taiji.com/evolution/publicStages.php


Stage de printemps: 30 et 31 mai dans les Vosges

Stage de début d'été: du 29 juin au 3 juillet à Strasbourg: pratique aux matines et crépuscules

Stage Ile d'Aix: du 22 au 27 aout à L'ile d'Aix


Bon printemps !
Christian Bernapel

Écrit par b.Christian Le 16.04.2009 à 15:53'22
Modifié par w.Marc Le 30.05.2009 à 00:01'55

Image introuvable

b.Christian

Éditorial

Pratiquer ensemble

Réagir à cet article | remonter

Pratiquer ensemble…


… en hommage à Sigrid.

Image introuvable


L’émouvante cérémonie des obsèques de Sigrid m’a interpellé sur la place que chacun tient au sein de l’INPACT dans le cadre des cours, espace privilégié que l'on réserve dans sa vie pour partager la pratique et l’apprentissage du taiji quan, du neigong et du qigong.

Par le vécu individuel des exercices de base, le partage collectif du déroulement de la forme, les exercices de tuishou avec partenaire ou les recherches par petits groupes sur l’éventail, l’épée ou le détail de tel ou tel aspect, chaque façon de pratiquer nous interpelle et nous place dans la situation d’un partage au sein du groupe.

Le rendez-vous régulier du cours est un temps privilégié que chacun introduit dans son quotidien, une parenthèse qu’il s’accorde dans le cadre de sa vie ordinaire. C’est un ressourcement, grâce aux bienfaits apportés par la seule pratique, mais aussi par son partage avec les personnes qui nous entourent. Derrière l’élan suscité par le seul fait de découvrir une discipline merveilleuse et son apprentissage, le bonheur de se retrouver pour partager cet apprentissage et la multitude des sensations qui l’accompagnent nous renvoie à nous-même mais aussi à la force du groupe qui, à la fois, nous stimule et nous protège.

La pratique partagée a une signification particulière pour chacun. Parce qu’elle est vécue de l’intérieur, elle permet l’émergence de la conscience de soi tout en bénéficiant de la protection tranquille du groupe. Par sa diversité, chacun s’y sent accepté et l’accepte grâce au sentiment de sécurité qu’elle suscite.

Cette tranquillité permet de peaufiner un mouvement ou un exercice en favorisant l’écoute des conseils du professeur et du modèle des anciens ; d’apprendre simplement les directions ; de se contenter de copier sans chercher à comprendre ; de saisir, impromptu, la signification d’une courbe ou la liaison d’un mouvement au suivant ; de ressentir les bienfaits de la respiration consciente et des exercices spécifiques qui nous éveillent à la part intime de soi même ; de découvrir avec surprise l’efficacité martiale d’un geste alors que cet aspect nous effrayait jusque-là et d’accéder aux facettes propres à la recherche ou à l’attente de chacun.

La pratique en groupe permet aussi d’accéder à l’énigmatique « lâcher prise ». Faire de son mieux, simplement, dans l’instant, en acceptant ses limites, sans se questionner inutilement ni tomber dans le dénigrement personnel ou, à l’inverse, dans l’autosatisfaction permet l’émergence du sentiment de progrès. Au fil des cours, apparaît peu à peu la confiance en soi. Celle-ci ouvre la porte à la joie de la pratique et à ses bienfaits pour le corps et l’esprit.

Sigrid aimait partager ce rendez-vous régulier du cours car il lui apportait force et sérénité dans l’épreuve de sa maladie. Il lui permettait aussi de retrouver le groupe, ceux et celles avec qui elle avait noué des liens privilégiés: elle a été présente jusqu’au moment où cela ne lui fut plus possible. Elle manquait rarement ce rendez-vous et partageait, indéfectible, à nos côtés sa grâce, son sourire et sa bonté dans toutes les manifestations et démonstrations pour lesquelles s’impliquait l’INPACT.

Dans cette fidélité de partage, Sigrid nous laisse un message essentiel : c’est dans les moments difficiles que chacun rencontre dans sa vie que se révèle l'importance de retrouver le groupe pour pratiquer avec lui, car ce partage peut être un ressourcement précieux et une source de force insoupçonnable, bien au-delà d’une pratique individuelle.

La pratique, sous toutes ses formes, peut ainsi accompagner notre vie. De même, elle peut aussi aider les autres par la simple présence que l'on apporte au groupe.

C’est tout cela, pratiquer

En conclusion, je voudrais évoquer cette merveilleuse tradition russe qui, avant de se séparer pour partir en voyage, consiste à s’assoir ensemble, pour se recueillir et partager en silence nos pensées et nos âmes et…

… voici l’image d’une libellule posée sur la grâce d’une main. Légèreté et présence éphémère de la conscience.

Le printemps sonne à nouveau à notre porte. Quelle merveille !

Larmes et sourires des bonheurs partagés.

Je vous souhaite un printemps lumineux.

Christian.

Image introuvable


Sigrid était à nos côtés, à l’INPACT, depuis de nombreuses années. Elle nous a quittés le 1er mars 2009.

Le jeudi 27 mars, Lisa Erbes jouera en quatuor à cordes Les 7 dernières paroles du Christ de Haydn à 20h à l'église sainte Madeleine.

Lisa propose à tous ceux qui le souhaitent de partager ce moment en mémoire de Sigrid.

« Joseph Haydn a composé pour chacune de ces phrases du Christ sur la croix une traduction musicale de ses paroles tour à tour révoltées ou confiantes. Au-delà de l'aspect religieux, on y trouve les sentiments universels que chacun peut éprouver devant la mort, la condamnation, la séparation. La merveilleuse musique de Haydn apporte son pouvoir apaisant face à la douleur».

Lisa Erbes.

Écrit par b.Christian Le 23.03.2009 à 04:22'18
Modifié par b.Christian Le 24.03.2009 à 01:17'47

g.Hélène

Autre communiqué

Repas du Nouvel An Chinois

Réagir à cet article | remonter

Chers membres de l'INPACT,

nous avons eu le plaisir de nous retrouver au restaurant le DONGH-KHAN à la Krutenau pour fêter le Nouvel An chinois, où le patron nous a réservé un excellent accueil, et nous a concocté un menu varié. Nous avons été rejoints par quelques élèves de Christian, qu'il "dresse" à l'Université Populaire, ce qui nous a permis de faire connaissance.

Merci à Christian, qui avait proposé ce repas, merci au Trésorier, qui a offert la boisson, et merci à toutes celles et à tous ceux qui sont venus nombreux participer à cette petite réunion conviviale, puisque nous étions tout de même une trentaine de personnes !

Il reste à espérer que tout le monde est bien rentré, étant donné que la pluie nous attendait à la sortie.

Bien cordialement.

Hélène Golka.

Écrit par g.Hélène Le 11.02.2009 à 16:34'20

Image introuvable

w.Marc

Coup de ...

Coup de coeur : le Tui Shou

1 réaction(s) à cet article | remonter

ARTICLE EN COURS DE RÉDACTION

À la demande de Christian, cet article collaboratif apporte les points de vue de pratiquants à divers stades de leur expérience. Pour ceux qui veulent en savoir plus, les grandes lignes du Tui Shou sont décrites sur votre site préféré : http://www.inpact-taiji.com/evolution/publicTuiShou.php

Lisa (pratiquante depuis 5 ans) :

"[Lisa écris ton texte ici si tu veux bien]"

Marc (pratiquant depuis 3 mois) :

"Ma première séance de Tui Shou fut un désastre personnel ; comme tous les bons désastres, il en est sorti un enseignement immédiatement utilisable que je résumerais comme suit : s'exercer au Tui Shou, c'est incarner et canaliser les transformations que l'on apprend dans la forme en essayant de comprendre l'intention de l'autre avec son corps. Donner une résonance à cette sollicitation, conduire l'onde aller-retour passant par le sol en comprenant son point d'entrée et en choisissant son point de sortie à travers cet instrument vibratoire, cette interface que devient alors son propre corps : pour le peu que j'en discerne à ce stade, on touche là (au premier sens du terme) cette dualité indissociable des aspects interne et martial.

Mais tout ceci est extrêmement terre-à-terre et ne doit pas s'alourdir de considérations mystiques ou faussement scientifiques : le "chi" est peut-être une substance, une vibration sur laquelle les experts eux-mêmes sont loin d'avoir clos le débat ; mais ici nous sommes en présence d'une application avant tout biomécanique, donc appréhendable par l'intellect seul. Dans chacune des démonstrations vues cet après-midi, le tenant et l'aboutissant étaient limpides à la lumière de connaissances de base en mécanique générale et il n'était point besoin de s'imaginer une quelconque mise en jeu de forces subtiles ou éthérées pour comprendre pourquoi l'un (le prof) restait stable alors que les autres (les élèves) "volaient" : ici, la subtilité était dans le dosage précis de forces parfaitement identifiées (bien sûr, chacun peut avoir un point de vue différent).

J'avais donc tout compris... restait à l'appliquer, et c'est là qu'eut lieu le désastre précité. Je pense que je vais vraiment bien m'amuser avec ce truc-là."

Écrit par w.Marc Le 08.02.2009 à 15:33'48
Modifié par w.Marc Le 08.02.2009 à 21:52'57

Image introuvable

w.Marc

Autre communiqué

Les voeux de notre amie Ai Cheng

1 réaction(s) à cet article | remonter

Image introuvable


Message reçu par Christian Bernapel le 25/01/09 au soir, veille du Nouvel An Chinois et du lancement de Inpact-taiji.com rénové

Cher Christian, il est la veille du Nouvel An Chinois! Partout on entend des pétards qui explosent de temps en temps depuis hier soir. Surtout, les enfants jouent joyeusement avec tous les sorts du pétard. Les adultes sont occupes pour prier les ancêtres et tous les Dieux et les remercier pour une bonne prochaine année! En pratiquant Tai-ji, est-ce que vous fetez un peu le Nouvel An Chinois?! Je pense bien a vous. Je vous souhaite une tres Bonne Annee de Buffle, que les buffles vous accompagnent tres doucement!

Tous mes voeux!

Ai-cheng.

[En vert, au second plan]

Écrit par w.Marc Le 07.02.2009 à 22:57'32
Modifié par w.Marc Le 07.02.2009 à 23:23'57

Image introuvable

Mardi 12.12.2017 - 07:20 | 1 connecté | 82378 visiteurs | Mise à jour le 12.12.2017
Administrer | Revenir à la page d'accueil | Remonter en haut de cette page
INPACT-Taiji.com © Association INPACT, 2003 - 2016 | Mentions légales